Return to site

Susciter l'intérêt de journalistes lors d'une conférence de presse

Jeu de piste urbain

A l'occasion de la conférence de presse du festival "Bien dans mes baskets", nous avons imaginé un jeu de piste permettant aux journalistes de (re)découvrir le quartier Gratte-Ciel, à Villeurbanne, de manière ludique.

Au programme : partir à la découverte de bijoux dérobés, dans un voyage temporel !

Le jeu de piste commençait dans un appartement des années 30, celui d'Octave et Marguerite. Munis d'un carnet d'énigmes, ils ont ensuite parcouru le quartier à la recherche d'indices leur permettant de découvrir l'identité du mystérieux voleur.

Nous vous proposons de vous plonger dans l'univers de ce projet, à la manière de Molière.

Introduction

Comédie

Personnages
Octave, ancien détective et mari de Marguerite.
Marguerite, magicienne hors pair et femme de Octave.

La scène est à Villeurbanne, dans l’appartement d’Octave et Marguerite.

Le prologue

Notre couple de retraités revient à son domicile au quartier des Gratte-Ciel, éreinté par leur dernière aventure dans la jungle birmane. Ils découvrent alors leur foyer complètement saccagé, et leur bien le plus précieux volatilisé.

(La décoration représente un appartement des années 30 mis à sac)

Acte I

Scène I
Octave, Marguerite

MARGUERITE
Mais que diable s’est-il passé ici ?!...mais...Octave, regardez ! La bague a disparu !

OCTAVE
Impossible, ce trésor inestimable ! Qui a bien pu faire une chose pareille ! Nul n’avait
connaissance de ce bijou de famille...


MARGUERITE
Il semblerait que vous ayez tort mon cher ami. Regardez bien autour de vous, ne voyez-vous rien ?

OCTAVE
Ma foi oui, vous avez raison. Il semblerait que l’appartement ait été délibérément retourné pour faire croire à un acte fortuit !


MARGUERITE
Précisément...la personne qui s’est introduite chez nous en voulait spécifiquement à la
bague.


OCTAVE
Mais qui était au courant...cette relique de famille qui nous permettait de résoudre les
crimes avant qu’ils ne se produisent... qui a pu la dérober ?


MARGUERITE
Mon cher Octave, dois-je vous rappeler que suis magicienne et non pas voyante ? Si cela
avait été le cas, pensez bien que nous aurions évité ce malheur...


OCTAVE
Certes...
 

MARGUERITE
Il va falloir creuser votre restant de méninges si l’on veut espérer sauver la bague de l’être, mal intentionné cela ne fait aucun doute, qui s’en est emparé.


OCTAVE
Ma douce, vous savez toujours trouver les mots pour me mettre en confiance...mes
méninges vont très bien, je vous en remercie ! Vous n’êtes peut-être pas voyante, mais je
sais que vous avez plus d’un tour dans votre sac !


MARGUERITE
Comme vous me flattez.


OCTAVE
Ce n’était guère mon intention...


MARGUERITE
J’ai bien ma petite idée pour démêler cette situation fort désagréable, si tant est que cela soit possible.


OCTAVE

Cette petite idée...implique-t-elle de courir dans une jungle pleine de serpents ?

MARGUERITE
Non.


OCTAVE
Se frayer un chemin parmi les pièges laissés par des sorciers aztèques ?


MARGUERITE
Non.


OCTAVE
Trouver la localisation d’une cité engloutie dans l’Atlantique ?


MARGUERITE
Ma patience a des limites que je vous suggère de ne pas explorer Octave. Dites-moi dès à présent où vous voulez en venir, sinon je vous change une nouvelle fois en crapaud...


OCTAVE
C’est que...la jungle birmane a réveillé ma douleur à la hanche et -


MARGUERITE
- et je vous arrête là, j’ai bien compris. Vous ne comptez pas chercher la bague vous-même, c’est bien cela ?


OCTAVE
Comme vous êtes dur ma mie. Moi, j’adorerais courir les rues pour trouver ce bandit, bien sûr ! Mais allez dire cela à mon lumbago !


MARGUERITE
Maman m’avait bien dit de ne pas épouser un détective. Voilà ce qu’il en coûte de ne pas écouter la seule voyante de la famille...


OCTAVE
Peut-être pourrions-nous lui demander de l’aide pour retrouver la bague ?
 

MARGUERITE
AH ! NON ! Les séances de Ouija avec maman, on sait quand ça commence, jamais quand ça termine ! Vous vous souvenez comme elle était bavarde de son vivant ? Imaginez que son esprit fasse encore une semaine de vacances à la maison, comme l’été dernier. Il en est hors de question !

OCTAVE
Très bien, très bien ! Inutile de se mettre dans des états pareils. Nous allons donc devoir
chercher de l’aide ailleurs. Je crois savoir que dans quelques jours un événement aura lieu dans le quartier.


MARGUERITE
Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! Le festival “Bien dans mes baskets” ! Le voleur a
forcément son repaire dans le quartier. C’est sûrement comme cela qu’il a pu nous surveiller et fomenter son plan.


OCTAVE
Exact ! Et avec l’aide de quelques jeunes esprits aux sens aiguisés, cette mésaventure sera vite dernière nous. Le festival fera une couverture idéale pour mener à bien cette enquête.


MARGUERITE
Je m’en vais de ce pas ensorceler parchemins et fioles pour aider nos chers collaborateurs. Ils auront bien besoin d’un coup de pouce pour voyager dans le temps et attraper le larron !


OCTAVE
Quant à moi je vais leur rédiger des énigmes p-

MARGUERITE
Pardon ? Des énigmes ? Quelle sordide idée ! Pourquoi faire ? Vous ne voulez donc pas que l’on retrouve la bague !


OCTAVE
Diantre, Marguerite ! Un peu de divertissement ne nous tuera pas ! De simples énigmes,
saupoudrées de faits historiques sur le quartier, afin de les mener au malfaiteur. Qu’en dites-vous ?


MARGUERITE
Maaaa foi...oui...bon...pourquoi pas...que vais-je faire de vous...attendez...vous savez qui est
le voleur ?!
 

OCTAVE

Je suis détective moi, Madame ! Pas un vieux schnock sans méninges ! Bien sûr que je sais qui est le voleur, mais comme je vous l’ai dit, je ne puis le capturer moi-même.


MARGUERITE
Oui oui, votre lumbago, j’ai bien entendu la première fois. Eh bien, il ne nous reste plus qu’à envoyer le tout par la poste et attendre leur venue.


OCTAVE
Il me tarde de les rencontrer tous. Que cette nouvelle aventure est palpitante, ne trouvez-vous pas ?


MARGUERITE
En effet, comme il sera bon de regarder d’autres personnes prendre le relai et courir
partout. Une question cependant continue de me tarauder...


OCTAVE
Oui, quelle est-elle ?


MARGUERITE
Si vous saviez qui était le voleur...pourquoi vouloir contacter maman ?

C’est sur ces dernières paroles qu’Octave entreprit sa lente sortie de scène, sous le regard courroucé de sa Marguerite, avant que le rideau ne tombe.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK